Me

Ma photographie, celle qui me porte, celle qui parle de moi, c’est celle de la rue, mon terrain. Celui de mes rencontres avec celles que je désigne : « les âmes invisibles ». Celles qu’on ne voit jamais, parce qu’on ne s’arrête jamais…

Et pourtant… Il y a des moments de vie, de poésie que l’univers offre parfois à certains d’entre nous, qui, au milieu du temps qui court, laissent leur regard se poser sur l’invisible.

Je suis franco-israélien, ma vie est partagée entre les deux pays, mais mon coeur est en Israël. C’est là bas que mon oeil respire…

They are moments in life, moments of poetry, that the universe gives to some of us, able to give a look at the invisible, in the middle of the running time.

(Les deux vieux hommes et la mer – 25 Mars 2019)

Yoram Salamon

MeYS